Rencontre avec Jessica Winter, mannequin et égérie d’Almé, qui nous a séduit par ses yeux rieurs et ses courbes ultra féminine. Quand elle n’est pas derrière les objectifs, Jessica se bat pour la cause animale, et contre la société d’hyper consommation. À contre-sens des codes de la société actuelle, c’est pour cela qu’on l’admire; sa taille 42 est l’exemple même de l’assurance d’une femme moderne, une femme comme nous toutes, ni retouchée, ni imaginée, mais vraie et entière, qui mord la vie à pleines dents.

Bonjour Jessica, comment t’es-tu retrouvé dans le milieu du mannequinat?

A 16 ans , j’ai été repérée en rue par un agent mais mes parents ont alors refusé que je devienne mannequin . J’ai continué ma vie , fait des études de traduction et de coopération au développement et à 25 ans , sur un coup de tête j’ai envoyé mes photos à plusieurs agences – je les ai rencontrées , signé des contrats et tout a commencé. Ayant toujours été très timide ce fût un réel challenge de devoir poser devant des équipes de production et accepter le regard des gens. Mais c’est un challenge que je voulais réussir. Je suis plus forte et plus confiante aujourd’hui et je sais que le mannequinat m’a beaucoup aidée.

Poser derrière l’objectif... instinct ou apprentissage?

Les premiers shootings étaient extrêmement stressants, je ne savais pas comment bouger , je ne connaissais pas la différence entre les shootings commerciaux et les shootings fashions. J’ai appris à poser avec l’expérience , même si chaque shooting est en quelque sorte unique , et que chaque client a des attentes différentes. Je me sentais de plus en plus à l’aise à chaque job.  J’ai également beaucoup appris en observant d’autres mannequins plus expérimentés que j’ai eu la chance de rencontrer.

Mannequin curve...quel est ton rapport avec ton corps aujourd;hui?

J’ai 29 ans et je commence enfin à aimer et accepter mon corps comme il est. Je mange sainement , je fais du sport et j’ai des formes , c’est ma nature. Nous vivons dans une société qui nous répète à longueur de journée que pour être belle et sexy il faut être très mince. Les magazines féminins et les publicités sont remplis de programmes de régimes, de photos retouchées ,de femmes très minces . Il est important de s’éloigner de ces diktats qui sont particulièrement dangereux pour les jeunes filles. La beauté existe sous toutes les formes , chaque femme a sa particularité et c’est cela qui la rend belle.

Tes modèles dans ce milieux?

Dans le monde du mannequinat mes modèles sont Ashley Graham , Robin Lawley , Aimee Mullins ou encore Winnie Harlow. Des femmes qui prouvent que l’on peut être différente des standards de beauté habituels et être malgré tout belle et bien dans sa peau.

Beaucoup te suivent sur les réseaux sociaux, parle nous de tes engagements au quotidien

Je suis assez active dans le réseau associatif. Je travaille , en plus du mannequinat pour une ONG. J’essaie de faire de mon mieux pour lutter contre les inégalités. Je pense qu’il est très important de ne jamais accepter les injustices qu’elles touchent à l’origine , la religion , la couleur de peau , l’orientation sexuelle , le genre ou même l’espèce et toujours faire son maximum pour que les choses changent en transmettant un message positif. Je suis également très active au niveau de la défense des animaux . Les animaux ne sont pas des ressources à notre disposition que nous pouvons traiter comme bon nous semble  j’ai donc fait le choix de devenir végétalienne. Pour moi notre compassion doit aussi englober les animaux . Une autre manière de vivre et de manger est possible : sans faire souffrir d’autres êtres vivants et qui est de surcroît beaucoup plus respectueuse de notre planète et bénéfique pour notre santé.

Paris , capitale de la mode..les adresses que tu préfères?

Je suis toujours heureuse de venir travailler à Paris – une ville magnifique.  Après mes shootings j’aime aller dans le 9ème et le 10ème arrondissement ,quartier vegan qui regorge de délicieux restos. J’adore aller chiner dans les nombreuses boutiques vintages du Marais. C’est la ville que je préfère pour acheter de jolies robes vintages en seconde main.

 

portrait de Jessica à l'aquarelle