RENCONTRE AVEC
CLEVER BEAUTY


 

Maëva a fondé Clever Beauty durant ses études. La marque propose des vernis
naturels et anti-gaspi Made in France sains, tout en ayant un engagement social.
Maëva partage avec nous son rapport à son corps et son parcours
de femme entrepreneure.

 

Juliette Mallet

 

« Pourriez-vous vous mettre devant un miroir ? Pourriez-vous nous
décrire ce que vous y voyez ? »

 

« C’est intéressant comme question (rires). Je vois que j’ai un super
mascara qui vient de sortir (rires). Je vois une femme déterminée,
conquérante. Souriante aussi. Je ne suis pas très friande
de compliments sur moi-même. »

 

« Quelle relation entretenez-vous avec votre corps ? »
« Ça dépend des moments, des saisons aussi. En hiver je l’aime
un peu moins que l’été, je l’avoue. Ça dépend s’il y a du soleil,
si je suis bronzée ou toute blanche. Si j’ai mangé trop de raclettes
ou pas (rires) »

 

« Quelle est la partie de votre corps qui vous rend unique ? »
« Ça va être ultra bizarre mais ce sont mes avants bras.
Ils sont super fins et pas poilus (rires). »

 

 

« Est-ce que votre corps vous appartient ? »
« Oui complètement, encore heureux ! »

 

« Qu'est-ce qui pourrait vous aider à l’accepter plus encore ? »
« Avoir une routine de vie, une routine sportive et alimentaire,
ça me permettrait d’aller mieux. »

 

« Quel est le déclic qui vous a poussé à prendre soin de vous ? »
« Je ne sais pas s’il y a eu un déclic (rires), mais généralement
ce sont les bonnes résolutions de l’année. On s’est motivées avec
mes collaboratrices à aller courir le matin. En plus nous travaillons
dans un lieu magique, dans la Pinède. C’est plus agréable de courir
dans ce cadre là. Tout est réuni pour prendre plus soin de soi. »

 

 

« Pouvez-vous me parler de votre histoire professionnelle ? »
« Oui, on commence en quelle année ? (rires) J’ai une formation en tant
que chimiste. J’ai travaillé en stage dans des laboratoires de cosmétiques
naturels, et j’ai essayé de faire un test dans un laboratoire qu’on peut dire
plus conventionnel, et ça ne m’a pas du tout plu. Je sais que je ne voulais
plus travailler dans les laboratoires, j’étais assez frustrée de ne pas avoir tous
les tenants et aboutissants d’une marque et d’un produit, et de ne travailler
que sur la recherche et développement d’un produit.

 

J’avais une idée qui me trottait dans la tête pendant ma licence. En voyant
ma mère transvaser ses vernis les uns dans les autres, je me suis dis qu’il
y avait peut-être quelque chose à faire pour que, déjà, elle arrête de faire ça.
Et en plus, comme ce sont des produits chimiques, peut-être aussi changer
la formule des vernis.

 

J’ai eu cette idée qui trottait comme ça, comme on peut avoir une idée
en se disant que dans la vie, ça pourrait être mieux d’une façon, sans
forcément créer une entreprise. J’ai rencontré le dispositif Pépite.
Ce dispositif permet aux étudiants de créer leur entreprise. À travers
le dispositif Pépite, j’ai commencé à travailler sur l’idée de bouchon
anti-gaspillage, qui permettrait à ma mère de finir enfin ses vernis.
J’ai commencé à travailler dessus à partir de mon master 2 pour passer
de l’idée au projet. À ce moment-là, j’étais aussi en stage dans une
start up qui fait des huiles végétales dans le sud de la France, et
le management ne m’a pas du tout plu.

 

Juliette Mallet

 

J’ai postulé à un concours Pépite, et je me suis dit : si je gagne ce concours,
je continue et je crée l’entreprise de mes rêves, tant en termes de produits
que de management. Et si je perds, eh bien tant pis. C’est qu’il n’y a pas
forcément d’appétence pour mon projet, je me ferai un peu d’expérience et
je me lancerai peut-être plus tard. Et il s’avère que j’ai gagné. J’ai dit adieu
au CDI que l’on m’avait proposé. Je me suis lancée encore une année avec
Pépite pour avoir le fameux diplôme Etudiant Entrepreneur. J’ai ainsi donné
vie à Clever Beauty. Aujourd’hui ça fait trois ans et demi, et on est une belle
petite équipe de six personnes. J’ai créé l’entreprise de mes rêves autant
dans le management, que dans la cohésion d’équipe, mais aussi sur
les produits éco-responsables, anti gaspillages... »

 

« Quelle est votre plus grande fierté professionnelle ? »
« C’est d’avoir créé Clever Beauty. Sincèrement, c’est d’avoir créé
une entreprise avec des collaboratrices qui sont heureuses de venir travailler. »

 

 

« Qu’aimeriez-vous dire/conseiller à toutes ces femmes
qui n’osent pas franchir le cap d’entrepreneure ? »

 

« Il y a plein de femmes aujourd’hui qui se lancent et qui y arrivent.
Au pire si on se plante, ce sera toujours une très belle expérience
valorisante. Puis au pire, on se lance à faire des conférences
sur l’échec (rires). »

 

« Quel est votre mantra de vie ? »

 

« En général je dis qu’on a qu’une vie. Ne pas avoir de regret
et se donner à fond ! »

 

« Merci Maëva ! »