Un rendez-vous anti-déprime du dimanche soir. Un refuge inspirationnel pour toutes
où chaque victoire est importante
et le jugement laissé-pour-compte.
La semaine dernière, je vous partageais mon amour du bien-mangé &
du bon-vivre. Aujourd’hui, j’aimerais vous parler intimement de féminité.s.

À chacune sa féminité !

 

« Réfléchis avant de parler! », « Tu vas trop vite, ne soit pas impatiente ! », « T’as passé l’âge d’être habillée comme une chaudasse ! »,
« Tu laisses vraiment ton enfant faire ça ? », « Pff t’es perchée ».

 

Au moins une de ces phrases résonnent en chacune de nous. Ces phrases qui nous jugent sur nos actions, et sur les femme
que nous sommes.

 

Notre société essaye de dessiner le portrait de la femme parfaite d’aujourd’hui : pas trop ronde, pas trop mince, sportive, désirable, bonne cuisinière, mère dévouée… etc. Et selon notre âge, n’en parlons pas.

 

Des clichés qui persistent et qui deviennent source d’angoisse et de compétition entre nous.

 

Personne ne nous connaît mieux que nous même.Au contraire, ce sont les autres qui peuvent essayer de nous faire douter, de ce que nous sommes.

 

Quand je pense à la femme que je suis : j’imagine une fleur, composée de plusieurs pétales. Chaque pétale une part de ma féminité.

 

Nous sommes des femme composées
de plusieurs féminités.
Plusieurs femmes résident en nous :
elles sont parfois nos meilleures amies
et nos pires ennemies.

 

 

Je vous présente les miennes :

 

Femme enfant : L’espiègle.
Celle qui veut jouer. Celle qui rit, chahute,
et fait de gros caprices.

 

Naïve, peut-être... Mais surtout inspirante car elle garde aussi cette insouciance qui lui fait braver le monde entier. Pleine d’énergie,
elle a les yeux qui brillent et n’est jamais fatiguée.

 

On a tendance à vouloir la calmer et la mettre de côté au fur et à mesure de notre vie de femme.

 

Mais, elle nous a aidé à nous développer et à devenir ce que nous sommes aujourd’hui. Laissons-lui une place de choix pour rester ancrée et ne jamais oublier ce qui nous tient à cœur.

 

Femme adolescente :
La rebelle.
Elle, je l'adore !

 

Insoumise, elle peut envoyer tout valser
si la moindre chose ne va pas dans son sens.
Son affirmation est dans la force et le combat entre elle et les autres.

 

Elle est en métamorphose permanente et essaye de sortir de sa chrysalide. Elle part à la conquête de l’acceptation de sa nouvelle enveloppe charnelle et de ses désirs.

 

Elle nous fait découvrir des sensations qui jusqu’à maintenant nous échappaient.
On prend conscience de sa sexualité et rien que pour ça : on l’oublie jamais.

 

Elle a le courage de faire face au jugement des autres et à celui qu'elle porte sur elle-même. Telle un phénix, elle renaît toujours de ses cendres.

 

Femme amante :
La fatale.
Attention, elle arrive ! Elle séduit d’abord pour elle. Elle s’assume pleinement.

 

C’est celle qu’on voit danser au loin, vivre ses meilleurs moments, ces instants où l’on se sent « au top ». Elle nous fait plus que du bien au moral !

 

Parfois laissée-pour-compte, elle revient à la charge pour nous booster. Une robe, une nouvelle coupe ou alors juste levée du bon pied : on se regarde et on se sent la plus bonne de la planète, et c’est ok.

 

Femme mère :
La créatrice.
Elle s’impose à nous avec l'envie
de prendre soin d'un autre être
ou l’expérience de la maternité.

 

C’est celle qui enlace tous les aléas
de la vie de ses bras immenses, à la fois doux et protecteurs.

 

Elle a peur pour l'autre, s'inquiète car
elle aime presque trop fort. Avec bienveillance, elle éduque et transmet une part d’elle-même.

 

Elle grandit en même temps
que "son enfant", et se remplit jour
après jour, de sagesse.

 

Elle découvre aussi que son corps
est capable d’encaisser bien plus que ce qu’elle ne pensait.

 

On est mère jusqu’à la fin de nos jours, et on apprend à l’être toute notre vie, car on ne cesse jamais d'improviser en amour.

 

Femme spirituelle :
La magicienne.
Celle qui ressent et qui comprend.
Celle qui croit et qui vibre avec l’univers.

 

Elle sommeille à l’intérieur de chacune
d'entre nous pour différentes raisons et
nous guide à chaque étape de notre vie.

 

C’est celle qui peut nous apaiser et nous guider dans nos choix.
Simplement car elle a confiance
dans le sens profond de la vie.

 

Ces 5 femmes sont les éléments de ma nature :
ce sont elles qui me donnent ma grandeur.

En ayant conscience de toutes mes féminités, j’apprends à les décoder. À savoir laquelle s’exprime, comment et pourquoi.

 

Réaliser ce travail d’apprentissage de soi permet de se découvrir. Savoir quelle femme parle à un instant T, nous permet d’appréhender nos réactions, et de mieux les comprendre.

 

Nos réactions peuvent parfois venir
de « blessures » passées ou présentes, plus ou moins profondes. Chaque part de féminité en nous peut intervenir dans la guérison et le soutien.

 

Dans l’expression « Grandeur Nature »,
il y a la notion d’échelle 1.
Imaginez toutes ces femmes à l’intérieur de vous apparaitre : vous êtes l’échelle 1.

 

Je vous glisse mon guide :
Asseyez vous dans le calme, et concentrez vous sur votre respiration. Allongez les respirations, jouez sur l’inspiration et l’expiration.

 

Une fois que vous êtes dans une sphère
de confiance : pensez à toutes ces femmes
qui résident en vous. Laissez-les s’exprimer à vous, ne les jugez pas.

 

Partez à la rencontre
de vos féminités !

 

Je vous laisse avec mes 2 inspirations
de la semaine :


Une lecture qui mêle psychanalyse et féminisme.

Une artiste que j’affectionne beaucoup : Carlota Guerreo. Ses photographies célèbrent la femme dans une dimension sensuelle et intimiste, tellement innovante !

J’espère que cette troisième lettre aura résonné en vous.

 

Et vous, comment vous êtes-vous acceptée ?
Êtes-vous une bonne vivante ?

 

J'adore lire vos retours…
Dites-moi ce que vous en avez pensé !

 

Je vous souhaite une belle semaine.

 

Emmanuelle